loader image

Eruptions décentralisées : naissance du mouvement anti-5G 3/5

Lire

Qu’est-ce qui a déraillé ? Quand on s’imagine les open-space taraudés par la question, ces petites fourmilières high-tech où s’ingénient (en costumes-cravates et autres tailleurs blancs) le nec plus ultra de Swisscom, de Sunrise ou de Salt, on ne peut pas réprimer un léger picotement joyeux. Iels ont dû en vivre des réunions de crise, des crispations de dents, des appels en urgence, et des coulées de sueur perlant sur leur chemise innocentes. Bien sûr, le combat n’est pas encore perdu pour eux, loin de là. Simplement, il a lieu. Et c’est bien là la surprise : la 5G devait se déployer comme une lettre à la poste, elle va devoir franchir un véritable front composite de résistance. Pour mieux comprendre ce qu’il se passe, j’ai rencontré une des artisanes de cette lutte, Valérie, et j’ai potassé le sujet pour proposer cinq courts articles revenant sur certains enjeux de la 5G et sur le mouvement qui s’y oppose.


Ce sont tout d’abord des petites organisations qui émergent localement sans être en contact les unes avec les autres. Ce caractère décentralisé et éclaté du mouvement perdure d’ailleurs encore aujourd’hui, ce qui fait selon Valérie la force du mouvement : en l’absence d’une seule organisation, d’une seule tête, il devient impossible pour les promoteurs de la 5G d’infiltrer le comité directeur en vue de l’affaiblir. C’est ce qui explique en partie les nombreuses initiatives populaires sur le sujet : deux sont en cours de récoltes, trois autres pourraient voir le jour. Organisée par le mouvement « Stop-5G », fondé à Yverdon, une première manifestation à Berne va permettre le 10 mai 2019 aux militant.es de se rencontrer et de donner à leur lutte une première visibilité médiatique. Valérie avait mis en place une petite performance : avec des ami.es, elle s’était couvert la tête d’un sac en papier où était dessiné un téléphone portable. « Le truc, c’est que c’était graphique : on est passé dans les médias. On parlait enfin de nous. »

Deux semaines plus tard, le 24 mai, c’est la Grève du Climat où plus de 10’000 personnes seront rassemblées à Lausanne. Valérie : « On s’est dit, faut s’allier avec ceux du climat, c’était un pari, une idée stratégique. » Et ça marche, à la radio, le journaliste parle de la 5G. Pour Valérie, il ne fait aucun doute, les mouvements écolo et féministe ont créé une brèche dans l’espace médiatique sans laquelle la lutte contre la 5G n’aurait pas connu la visibilité qu’elle atteint aujourd’hui, « le soulèvement pour le climat, le soulèvement des femmes nous a aidés ».

A Berne, le 21 septembre, ce n’est plus la Waisenhausplatz mais la Place Fédérale qu’occupent les militant.es anti-5G. Cette fois-ci une scène est dressée, iels seront quelques milliers à venir écouter les oratorices.

La lutte se lance dans toute la Suisse. Il s’agit désormais de faire opposition de manière systématique à toutes les mises à l’enquête concernant l’installation de nouvelles antennes, passage obligé pour les opérateurs. En effet, sitôt que la mise à l’enquête est rendue publique, chaque citoyen.ne peut faire opposition dans un délai de 15 à 30 jours. La mise à l’enquête effectuée, c’est ensuite la commune qui décide de délivrer ou non le permis. Si elle autorise l’antenne, les opposant.es ayant fait opposition peuvent faire recours devant le Tribunal Cantonal, puis devant le Tribunal fédéral. Si elle la refuse, c’est l’opérateur qui peut choisir de faire recours. Les verts vaudois ont d’ailleurs écrit un petit manuel pour s’opposer à ces mises à l’enquête, à destination non seulement des particuliers mais aussi des communes1.

Valérie me décrit l’organisation qu’elle a mise en place à Fribourg, intitulé « 4Gsuffit ». Une personne surveille chaque semaine la parution des nouvelles mises à l’enquête. L’idée est ensuite de faire ruisseler l’information par un système de mail-liste : un mail-type est ainsi envoyé un peu partout dans le canton contenant la démarche et les formulaires-types pour faire recours. Le but est d’atteindre un maximum de personnes qui vivent ou travaillent dans le voisinage de la future nouvelle antenne et qui soient prêt.es à faire recours. Selon Valérie, sourire aux lèvres, depuis octobre 2019, à Fribourg, sur la petite cinquantaine des mises à l’enquête, près de 90% d’entre elles ont reçu des oppositions. Simple, efficace, mais « chronophage », comme me l’indique Valérie, elle-même frayant avec le surmenage : « nous sommes malheureusement trop peu, quelques personnes de plus dans l’organisation nous permettrait de souffler et d’accorder davantage d’importance dans la médiatisation de notre résistance ».

Pour celleux qui voudraient prêter main-forte au mouvement 4gsuffit, vous pouvez contacter Valérie via cette adresse : 4gsuffit@riseup.net.

Il faut bien le dire, on est surpris de ne pas avoir entendu plus parler dans les médias de cette lutte au résultat impressionnant : 90% d’opposition. C’est bien plus que quelques cailloux que les opérateurs sont en train de prendre dans leur chaussure. En juillet 2020, Schutz vor Strahlung faisait cas de 1450 oppositions au niveau suisse et d’un nombre grandissant de communes qui ou retardaient la publication des mises à l’enquête, ou suspendaient le processus ou même refusaient directement la construction d’une nouvelle antenne2. C’est aussi ce que remarque Valérie : « les communes ont tendance à mettre sous la pile de leurs affaires courantes tout ce qui touche à la 5G. Pour la plupart, elles ne se prononcent pas et sont dans l’attente ». Une attente qui a des allures d’impasse pour les opérateurs. Pourtant ceux-ci s’en cachent tout-à-fait. Fin 2019, Swisscom plastronne : ils auraient couvert 90% du territoire avec sa 5G. Sunrise renchérit la fanfaronnade et revendique « le meilleur réseau 5G de Suisse ». Comment comprendre ces affirmations au regard de leur difficulté à installer de nouvelles antennes 5G ?


Cet article fait partie d’une série sur la lutte anti-5G à Fribourg.

voir série
  1. 5G : Une lutte moins théorique qu’existentielle 1/5
  2. 5G : Des tentatives feutrées pour changer la loi 2/5
  3. Eruptions décentralisées : naissance du mouvement anti-5G 3/5
  4. La 5G ? Une technologie plurielle (et un enfumage des opérateurs) 4/5
  5. Actualités de la lutte anti-5G : à quand l’ouverture d’une brèche écologique ? 5/5
  1. http://www.verts-vd.ch/wp-content/uploads/2019/04/5g-guide-d%C3%A9f2.pdf
  2. https://schutz-vor-strahlung.ch/news/5g-der-wind-dreht/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.